Elie heureux

Elie a eu 4 petits enfants et 10 arrière petits enfants qu'il a tous connus. Celle qui est sur la photo avec lui, c'est moi. Enfin, ... la vieille dame, c'est ma grand-mère! Mais ce n'est pas la femme d'Elie.
C'était un jour de grande joie, le jour de mon mariage. Il y a environ 30 ans...
A cette époque, j'avais les cheveux longs car je n'aimais pas aller chez le coiffeur. Elie trouvait que c'était joli, que j'étais féminine comme ça.
Je lui étais reconnaissante de me trouver féminine. Il y avait tant de gens qui admettaient mal que je fasse un métier d'homme!
Je travaillais comme ingénieur dans une usine qui faisait des profilés d'aluminium pour la menuiserie métallique, les ridelles de camions ou les planchers de bateau pneumatiques. J'étais responsable du service filières (ces gros outillages qu'on voit sur la photo), et j'avais une trentaine d'hommes sous ma hiérarchie. Les clients nous amenaient les dessins des profilés à fabriquer, on faisait les outillages, on les mettait au point (opération délicate) et on en assurait l'entretien.

Outillage

Par la suite, j'ai travaillé dans d'autres entreprises industrielles: matériel électrique, étude et réalisation d'imprimantes.
J'ai toujours été attirée par les nouvelles technologies. C'est vrai que ce n'est pas toujours facile à comprendre. Mais c'est comme ça que je suis passée de l'industrie à l'informatique industrielle. J'ai dû travailler longtemps pour y comprendre quelquechose. Et ce n'est pas fini, ça bouge tous les jours.

Enfin, j'ai pensé avoir fait un travail intéressant sur les architectures de bases de données. J'en ai parlé. On m'a encouragée à monter une entreprise. Mon mari et nos trois enfants m'ont soutenue. J'ai embarqué un jeune informaticien dans mon aventure. On a développé un prototype. Tous ceux à qui on l'a montré l'ont trouvé intéressant. Mais on avait 10 ans d'avance!!!

Donc, pas le moindre client. Il a fallu arrêter.

J'étais triste. Je n'avais plus envie de courir après l'avenir. J'avais besoin de comprendre d'où je venais. Besoin de retrouver mes grand-parents, de comprendre leur souffrance dans ce siècle terrible marqué par les guerres, mais aussi leur formidable ouverture d'esprit, leur tolérance, leur volonté de paix.Et puis la surprenante sérénité de leur vieillesse, au milieu de leurs petits-enfants...

L'auteur et son petit-fils

Et maintenant, j'ai envie de raconter leur histoire. Pour Raphaël, mon petit-fils, c'est un peu tôt. J'aurais encore 10 ans d'avance!

Au cours de mes recherches, j'ai constaté qu'il y avait peu de documents récents sur la Campagne de Cilicie. Les livres que j'ai lus sont écrits par de très sérieux historiens qui analysent les détails avec beaucoup de précision. C'est très intéressant quand on veut comprendre en profondeur. Mais il faut avoir le temps.
Les documents plus anciens sont plus faciles à lire. Ce sont des témoignages partiels. Ils sont précieux et rares. On les trouve là où on conserve les livres anciens: le Service Historique de la Défense (SHD) section Armée de Terre, le CHAN, la bibliothèque Noubarian, la BNF ou la BDIC à Nanterre.



Pour me contacter, envoyez un courriel à :

nicole@eliecilicie.net


Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!