Le 13 mars dernier, le pétrolier ravitailleur "Meuse", de la Marine Nationale, faisait escale dans le port d'Iskenderun . Un détachement de marins s'est rendu au cimetière militaire français pour une cérémonie présidée par l'ambassadeur, M.Bernard Emié. Le commandant de la garnison était représenté par un capitaine de vaisseau de la marine turque.
Le lieutenant-colonel de La Ruelle, attaché de défense en Turquie est venu d'Ankara pour participer à la cérémonie. Il a prononcé un discours dont voici un extrait:

  • Arrivée au cimetière d'Iskenderun
  • Arrivée au cimetière d'Iskenderun
  • Arrivée au cimetière d'Iskenderun
  • Cérémonie des couleurs au cimetière d'Iskenderun
  • Cérémonie des couleurs au cimetière d'Iskenderun
  • Dépôt d'une gerbe
  • Dépôt d'une gerbe
  • Dépôt d'une gerbe
  • Fleurissement des tombes
  • Fleurissement des tombes du cimetière d'Iskenderun
  • Fleurissement des tombes
  • Mausolée et gerbe au cimetière d'Iskenderun
  • Fin de cérémonie au cimetière d'Iskenderun
  • Avec le gardien du cimetière d'Iskenderun
  • Ici reposent, au cimetière d'Iskenderun
  • Frères d'armes musulmans au cimetière d'Iskenderun
6 - Dépôt d'une gerbe au cimetière d'Iskenderun
Dépôt d'une gerbe au cimetière d'Iskenderun

C'est dans ce cimetière d'Iskenderun qu'ont été regroupées les tombes des soldats français morts au cours de la campagne de Cilicie des années 1919 à 1921.
La présence militaire française en Cilicie s'explique par le fait qu'à l'issue de la Première Guerre mondiale, la France reçoit, avec l'accord du sultan de l'Empire Ottoman, un mandat de la Société des Nations sur la région afin de maintenir l'ordre, préserver la sécurité entre des populations déchirées et remettre en marche l'agriculture.
Les premières troupes arrivent dès juin 1919 dans la région. Ce sont principalement des soldats de la classe 18, nés en 1898, qui partent de métropole, d'Afrique Noire ou du Maghreb. Leurs unités sont le 412ème Régiment d'Infanterie, le 15ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais, le 271ème Régiment d'Artillerie d'Algérie, le 19ème régiment de Tirailleurs Algériens. Ils arrivent principalement du Limousin, des départements de la Loire et de Corse. Beaucoup sont des soldats des colonies de l'Empire.
Ceux de la classe 19 ou 20 qui arrivent en renfort n'ont guère le temps de s'acclimater.

L'action de la France est vue d'abord avec inquiétude puis avec une hostilité déclarée par la population turque qui considère que les troupes françaises sont dans la région pour aider au rétablissement des populations qui en ont été chassées pendant les épreuves de la Première Guerre mondiale. Les escarmouches deviennent quotidiennes et les garnisons françaises, trop peu nombreuses et faiblement équipées, sont régulièrement assiégées dans les grandes villes.

En fonction des lieux des combats, nos compatriotes sont tombés à quelques centaines de kilomètres d'ici, à Pozanti, à Karaman Maras, ou encore à Sanli Urfa, sur une région couvrant trois à quatre départements français. Beaucoup de soldats sont aussi morts de maladie. Le nombre exact des morts et des blessés est difficile à évaluer.[...]

Les pertes augmentent, s'ajoutant ainsi, pour la France, au traumatisme des années 1914-1918. Parallèlement le sultan qui réside à Istanbul perd de son autorité face au nouveau mouvement nationaliste turc dirigé par Mustafa Kemal qui refuse l'occupation étrangère. Prenant en compte ce nouveau rapport de force en Turquie, les autorités françaises comprennent l'inutilité de poursuivre une occupation coûteuse et meurtrière. La France envoie une délégation à Ankara du 21 au 23 mai 1920 pour amorcer des négociations. Après un accord signé avec le nouveau gouvernement turc, les troupes françaises rembarquent en direction de la métropole.

Les derniers prisonniers français sont libérés à l'automne 1921.

Aujourd'hui nous honorons la mémoire des troupes françaises qui ont combattu et nous nous souvenons de nos morts reposant en terre turque.
Paraphrasant les paroles d'Atatûrk au sujet des morts de la campagne des Dardanelles de 1915, nous pouvons dire : « Vous les héros qui avez versé votre sang et perdu la vie. Vous reposez désormais en terre amie. Alors reposez en paix. Vous, les mères, qui avez envoyé vos fils loin de leur patrie, séchez vos larmes. Vos fils reposent désormais en notre sein, en paix. Après avoir perdu la vie sur ce sol, ils sont devenus aussi nos fils. »


En savoir plus..


Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!