Marash est une ville ancienne, construite au pied de la montagne, l'Ahir Dag, qui culmine autour de 2500 mètres.
En 1920, il y avait environ 60 000 habitants à Marash. On atteignait la ville par des pistes praticables par des caravanes de chameaux. Les premières voitures et camions avaient des difficultés à passer.
1920 a été une année terrible pour Marash. Les Français, soucieux de protéger les Arméniens, ont occupé la ville. Attaqués et assiégés par des rebelles dirigés par un chef alors peu connu, Mustapha Kemal, ils ont résisté pendant trois semaines, impuissants à empêcher le massacre des Arméniens. Avant d'évacuer les lieux, ils ont fini de détruitre la ville, où les combats avaient fait déjà de gros dégâts.

  • Marash - Vue à partir de la citadelle
  • Marash - La vieille mosquée
  • Marash - Mosquée Arasa
  • Marash - Mosquée Arasa
  • Marash - Maison dans la vieille ville
  • Dans le vieux Marash
  • Dans le vieux Marash
  • Marash - Dans le bazar
  • Marash - Dans le bazar
  • Marash - Dans le bazar
  • Marash - Spécialité locale
  • Marash - Sur la route d'Islahiye
Vue à partir de la citadelle
Marash - Vue à partir de la citadelle

Aujourd'hui, la ville compte plus de 500 000 habitants. Au pied de la Citadelle (Kale), la vieille mosquée (Ulu Camii) est entourée d'une place arborée où les habitants de la ville prennent un peu de repos. Plus loin, au bout de la rangée d'arbres, la mosquée Arasa (Arasa Camii) est à la limite sud de la vieille ville. C'est tout près de là, dans le khan Arasa, que le commandant Corneloup avait logé ses troupes, en 1920.
Il n'y a plus d'église à Marash...
Le bazar, avec ses étameurs et ses selliers, garde les traditions encore vivantes. C'est un centre commercial très actif. On y trouve de tout, y compris nourriture et vêtements. De nombreuses boutiques proposent un grand choix de voiles: il y a très peu de femmes non voilées dans les rues de Marash.
Les vieux quartiers du centre, chargés d'Histoire, sont entourés de vastes zones d'immeubles récents et de bel aspect. Les transports en commun permettent de se rendre rapidement d'un quartier à l'autre par de larges avenues. La ville est desservie par de bonnes routes vers Kayseri, Adana, Islahiye ou Gaziantep. Dans la plaine, l'agriculture est florissante.

Suite


Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!