Dans toutes les villes et villages de Turquie, on trouve des monuments à Ataturk. A Marash l'héroïque, les habitants de la ville sont célébrés avec le libérateur national. Un monument à Ataturk et aux héros de la ville est aux pieds de l'hôtel Belli où nous avons été très bien accueillis.

  • Marash - Monument à Ataturk
  • Marash - Hôtel Belli
  • Marash - Monument à Ataturk
  • Marash - Souvenir du siège et des Français
  • Marash - Shekerdere
  • Marash - Kanlidere
  • Marash - Grande mosquée en construction
  • Marash - Vue à partir de la grande mosquée
  • Marash - Vue à partir de la grande mosquée
  • Marash - Aux environs, le Ceyan
  • Marash - Aux environs, l'Aksu
  • Marash - Aux environs, la gare d'Islahiye
  • Marash - Aux environs, paysage de l'Amanus
  • Marash - Aux environs, culture du coton
Monument à Ataturk
Marash - Monument à Ataturk

Le monument qui est sur la route d'Islahiye évoque particulièrement le combat contre les Français qui n'ont pas le beau rôle. Il est vrai qu'ils se sont durement battus pendant trois semaines, faisant beaucoup de victimes parmi les Turcs, mais ils n'ont pas su prendre les décisions qui auraient pu leur apporter la victoire et ils ont été vaincus. Ils ont peu brillé!..
Les ruisseaux de Shekerdere et de Kanlidere qui coupaient la ville en deux sont maintenant canalisés dans des buses. Leur lit est devenu voie de communication. Le pont de Kanlidere subsiste, ainsi que les maisons turques qui le contrôlent. Il a eu une grande importance stratégique lors du siège de Marash.
Sur les hauteurs de Shekerdere, une grande mosquée de 10 000 places est en cours de construction, et déjà bien avancée. Elle domine la ville et la plaine de Marash.
En dehors de la ville vers le Nord, le pont sur le Ceyhan est ancien. Sur la route d'Islahiye, le pont sur l'Aksu est plus récent. En 1920, il n'existait qu'un pont en bois construit par les Anglais à côté du gué où les camions pouvaient traverser. En aval, l'Aksu traverse des zones très marécageuses maintenant drainées et s'enfonce dans le sol tendre. C'est seulement au pied de la colline que le sol est dur et que le cours d'eau ne peut creuser. C'est là qu'on peut traverser à gué, et là qu'on peut trouver un terrain assez solide pour construire un pont. Mais dans la guerre de 1920, la colline avec ses arbres est un promontoire idéal pour tirer sur ceux qui veulent passer.
Nous sommes allés à Islahiye, où la gare n'a guère changé depuis 1920. Il y avait beaucoup de vent!... Du vent qui descend de la montagne, balaye Marash et s'amplifie entre les montagnes sur la route d'Islahiye.
Au delà d'Islahiye, c'est l'Amanus, avec ses paysages très doux.
Sur la route de Gaziantep, l'agriculture est prospère. On voit de grands champs d'aubergines ou de coton.


Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!