Pour votre visite


 Univers Illustré

Expédition sur le Niger supérieur

Malgré sa proximité relative, la terre d'Afrique est encore celle qui nous est la moins connue; aussi, depuis quelque temps, est-ce vers elle que se tourne toute l'attention des chercheurs. Chaque année, de hardis pionniers partent pour explorer ce vaste continent; poussés par l'invincible attrait de l'inconnu, ils vont en avant, et leurs précieuses découvertes nous ouvrent peu à peu ce curieux pays, jusqu'à présent fermé à toutes les investigations. Au prix de quels dangers, de quelles fatigues triomphent-ils dans leurs recherches? C'est ce que les annales de la science raconteront plus tard. On dira la fin héroïque de ces glorieux inconnus; car il en est peu qui ne succombent à une aussi rude tâche.
Un d'entre eux, le docteur Baikie, mort récemment à Sierra Leone, sur la côte de Guinée, revenait d'une fort intéressante expédition sur le Niger supérieur.
Nous devons à l'obligeance d'un dessinateur, qui faisait partie de cette expédition, M. Thomas Robins, un dessin représentant l'arrivée de la caravane à Bida, terme de leur voyage, et où le docteur Baikie allait rendre hommage au roi Masaba, souverain du Nupe. Le roi, qui avait envoyé une escorte au-devant de ses hôtes, les reçut avec de grandes marques d'amitié et manifesta l'intention de nouer des relations commerciales avec les Européens.
La ville de Bida, située un peu au delà du confluent du Niger avec une petite rivière, la Tchantshegga, s'étend au fond d'une vallée environnée de collines, dont la hauteur varie entre quatre-vingts et cent-cinquante pieds. Bida a plus de trois lieues de tour; elle est ceinte d'une muraille haute de quatorze pieds et percée de neuf portes. Quelques champs et des pâturages pour le bétail sont compris dans l'enceinte de la ville. Les maisons, de forme circulaire, ont leurs murs formés de boue, avec des toits coniques recouverts de feuilles de palmier; elles sont réunies par groupes, entourant un espace qui leur sert de cour commune, et chaque groupe est enfermé dans une muraille. Bida compte de cinquante à soixante mille habitants. Le roi et les chefs seuls sont adonnés au mahométisme; le reste de la population est païenne, sans se livrer, toutefois, à toutes les pratiques superstitieuses qui caractérisent les peuplades de la côte d'Afrique.
Le séjour de la caravane à Bida fut de dix jours, pendant lesquels le bâtiment qui avait aidé les explorateurs à remonter le Niger poussa jusqu'à Egga, où se tient le grand marché d'ivoire du pays. L'expédition dura en tout cinquante jours, sans que chose rare on eût à déplorer la perte d'un seul homme.

L. de Morangez.



Copyright
logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!