Les Portes de Cilicie sont connues depuis l'Antiquité. C'est un passage facile à travers les hautes montagnes du Taurus, qui permet la communication entre l'Anatolie et la Cilicie, entre l'Europe et l'Asie Mineure. Aujourd'hui, elles sont traversées par l'autoroute qui relie Adana à Pozanti, et dont la construction vers l'Anatolie se poursuit. Elles dû être rabotées et élargies pour permettre le passage des deux voies. La rivière a disparu, enterrée.
Voici ce qu'en dit l'adjoint du Commandant Mesnil, en réponse aux questions d'un Général, en 1932:

En s'éloignant de la côte on s'élève très rapidement sur des pentes grises, lépreuses, garnies d'une maigre végétation arbustive analogue à celle de la côte marocaine. Au dessus, vers 300 mètres, les côtes prennent l'aspect de l'Estérel et subitement, ce premier rideau passé, on pénètre sur un premier plateau boisé d'où la route de Bozanti s'échappe pour escalader un deuxième étage dont le couronnement est constitué par le plateau de Tchamalan (vers Gulekkale). Le massif qui borne le plateau au nord paraît très tourmenté et la route disparaît dans un étranglement: les Portes de Cilicie, pour s'abaisser ensuite sur Bozanti. L'Est de la route est plus perméable, moins élevé que l'Ouest où règnent des neiges dix mois de l'année. (SHD 4H228)

La route Anatolie-Cilicie passe par les "Portes de Cilicie" passage historique extrèmement étroit: largeur 50 m maximum dont 30 occupés par un torrent; longueur 1 km environ. De part et d'autres, montagnes infranchissables. On retrouve encore les gonds à l'entrée et à la sortie qui ont supporté les portes placées pour interdire le passage au temps des croisades dit-on.
Lieutenant Journois - 412ème RI - 1932 (SHD 4H228)

Les Portes de Cilicie et l'autoroute
Portes de Cilicie  - Vue générale

Nous avons traversé les Portes de Cilicie par un bel après-midi d'Août. Puis nous sommes montés à la forteresse de Gulek, la Gulekkale. Le soleil déclinait et donnait, avec la brume, une douce lumière. Le paysage spectaculaire permet d'apprécier l'importance stratégique de la forteresse. Plus au nord, une autre forteresse surveillait le passage, Ibrahimpasha Kale. Nous ne l'avons pas vue.
En 1920, le contrôle des Portes de Cilicie se faisait à partir de Bozanti (Pozanti). Les soldats français surveillaient ainsi la route qui empruntait cette gorge et le chemin de fer qui passe par une vallée voisine, traversant les obstacles par d'impressionants tunnels.
Nous avons aussi admiré la végétation de cette région montagneuse et humide. Plantes et arbres poussent en harmonie, rappelant la végétation Corse, notre île de beauté. Même les pins qui poussent dans les rochers, escaladant les montagnes avec audace, évoquent les pins laricio de Corse.




Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!