J'ai trouvé (dans SHD 4H194) une note datée du 6 septembre 1919. Elle émane du colonel Philipin de Piépape, commandant des troupes françaises de Cilicie, basé à Adana. Elle est adressée à "Monsieur le Général Commandant les Troupes Françaises du Levant" qui est à Beyrouth. Elle concerne la santé de ses soldats:

Photo Rouffiac

Poilus d'Orient à la toilette à Vostarem (Macédoine) en 1918


J'ai l'honneur de vous rendre compte que l'état sanitaire des Troupes Françaises de Cilicie demeure un sujet de préoccupation.-

1°.- Les entrées à l'hôpital ou aux infirmeries n'ont pas augmenté sensiblement, et aucune épidémie grave n'est immédiatement menaçante. Néanmoins l'état général est très débilité sous l'influence du climat, la plupart des hommes sont dans un état d'anémie accusé qui saute aux yeux à première inspection.-
      Il est évident qu'actuellement, il serait impossible de demander un effort aux troupes.-

2°.- J'ai cru nécessaire de vous en rendre compte.
   Les éléments les plus touchés sont:
      a) Les deux Escadrons de Chasseurs, y compris celui de Sis, qui vient d'être inspecté par le Médecin Chef, et qui a été trouvé dans un état général très abaissé.-
      b) Les unités qui se sont succédé à Mersine;
      c) La compagnie de Tchamalan.-

Les éléments qui ont le mieux résisté jusqu'à ce jour, sont les Compagnies du 412èmeR.I. installées dans les baraques du camp de la Digue d'Adana.-

   Il paraît difficile d'en déduire une indication précise; toutefois il est à constater que les unités de cavalerie, débarquées les premières, sont actuellement les plus touchées, ce qui affirme les conditions d'insalubrité de la Cilicie; ce sont d'ailleurs ces unités qui peuvent le moins se défendre contre le paludisme par suite des nécessités de leur service intérieur (abreuvoirs, pansage et corvées de fourrage, etc...)

3°.- Aux causes climatériques doivent s'ajouter à mon avis les causes suivantes:
      a) l'Epoque avancée dans la saison chaude à laquelle les éléments présents sont débarqués en Cilicie (en Mai 1919 pour le 412èmeR.I.)
      b) la nécessité pour les troupes arrivantes de créer leurs propres installations.
      c) Le manque d'un certain nombre de moustiquaires.-

4°.- Les mesures prises pour lutter le plus possible contre ce mauvais état sanitaire ont été les suivantes:
      a) quininisation préventive intensive;
      b) envoi dans la montagne dans toute la mesure du possible;
      c) relève périodique de la garnison de Mersine;
      d) organisation d'un sanatorium à Airan.

      En outre, aucun travail ni AUCUNE INSTRUCTION n'ont été demandés aux Troupes pendant la saison chaude.-




Copyright    logo de Legalis    Nicole ROUFFIAC - 2005 - Tous droits réservés

Valid XHTML 1.0 Strict Valide CSS!